Bien que l’on parle de « révolution » dans les médias, les réseaux sociaux n’ont toujours pas convaincu en masse au sein de l’entreprise. Certains managers ou dirigeants se méfient encore de l’attitude de leurs collaborateurs sur les plateformes sociales. Pourtant, tout n’est pas à rejeter dans ces usages. Plutôt que de craindre et sanctionner, découvrez quelques solutions qui rétabliront la relation de confiance.

Oubliez les idées reçues et les a priori

Si mon salarié s’inscrit sur LinkedIn, c’est pour chercher un emploi !

– «Eh non, les réseaux sociaux professionnels ne servent que de tremplin vers le prochain emploi. »

Changer d’emploi, et donc quitter son entreprise actuelle, ni s’improvise pas. C’est une démarche réfléchie et construite où la e-réputation joue un rôle important. Conscients de cet élément, vos collaborateurs peaufinent leur profil et partagent leurs centres d’intérêt. Oui, les recruteurs utilisent les réseaux sociaux pour contacter les personnes correspondant à leurs recherches. Cependant, ce n’est pas parce qu’ils contactent des personnes sur les réseaux sociaux que cela débouchera automatiquement sur une embauche. Côté collaborateur, s’ils cherchent du travail, les réseaux sociaux ne sont qu’un moyen supplémentaire pour atteindre leur objectif.

– « Les réseaux sociaux sont utilisés pour discuter avec des amis. »

Effectivement, les employés ont tendance à aller sur les réseaux sociaux pour discuter avec leurs amis. Valentin Brunelle publiait ce post sur LinkedIn  le 4 mai qui en dit long sur nos occupations au bureau. Les statistiques parlent d’elles-même.

Source : David Graeber, Bullshit job, p31. Lien PDF vers le livre : https://lnkd.in/gQxQ7E2

Source : David Graeber, Bullshit job, p31.
Lien PDF vers le livre : https://lnkd.in/gQxQ7E2

Comment limiter les risques ?

Si tous les usages ne sont pas à diaboliser, vous pouvez tout de même avoir besoin de quelques pistes afin de vous prévenir des dérives. Voici trois techniques pour créer une relation de confiance :

1° Créer des mises en situation

La première technique consiste à dédiaboliser et s’approprier les réseaux sociaux dans le cadre d’un usage professionnel. Transformez vos collaborateurs en ambassadeurs de votre entreprise via la politique d’employee advocacy. Une piste : vous pouvez commencer par un brainstorming ou chaque collaborateur est invité à donner sa vision de l’entreprise, de son ADN. Ensuite, évaluez ensemble comment fédérer les équipes et réagir face aux réseaux sociaux.

2°. Faciliter la montée en compétences

Vous voulez que vos collaborateurs participent à la notoriété de l’entreprise sur les réseaux sociaux ? Guidez-les. Accompagnez-les dans leur démarche, enseignez-leur les bases des réseaux sociaux et de leurs usages professionnels, surtout sur LinkedIn, et unissez les forces de vos différents services.

Dans ce cadre, j’ai accompagné plusieurs entreprises dans leur démarche d’employee advocacy, dont une multinationale en pleine mutation. L’objectif était double : travailler sur la vision de l’entreprise et sa raison d’être en premier lieu, et ensuite rendre les collaborateurs acteurs sur LinkedIn, en les conscientisant de l’impact positif généré par leurs actions.

Ce travail a été poursuivi par un travail global sur leur page « Entreprise » : ligne éditoriale, rédaction de posts, partages, likes. Un travail individuel sur le branding du profil LinkedIn de chaque collaborateur leur a permis de s’approprier leur image et de travailler en synergie pour créer un résultat qui leur ressemble.

3°. Responsabiliser l’écosystème

Une des actions importante sur les réseaux sociaux est la communication. Lorsque l’on travaille sur la liberté d’expression sur les plateformes sociales, il faut aussi aborder la notion de censure : la communication à des fins professionnelles a un impact indirect pour l’entreprise et directe pour le collaborateur qui en est à l’origine. Les émotions prenant de plus en plus de place dans la communication, celles-ci peuvent avoir un effet positif comme négatif. Avoir conscience des impacts de la communication sur son activité permettra à l’écosystème (l’entreprise et les collaborateurs) d’éviter les effets négatifs et de générer du positif.

Il existe de multiples techniques pour travailler sur le rapport entre collaborateur et réseaux sociaux professionnels. Une d’entre elle consiste à travailler la posture de l’utilisateur sur les réseaux sociaux.

L’humain reste un facteur clé dans la réussite de l’utilisation de ces outils.

 

Send this to a friend